Parc aux oiseaux

Les tours opérateurs :

  • Continents Insolites: Parc aux oiseaux
  • TUI: Puerto Iguazu : vous obs la faune locale telle que des iguanes, des toucans, des perroquets, des aigles survolant les chutes, des singes capucins, des caïmans ou des coatis
  • Continents Insolites, TUI (d’autres TO peuvent sans doute proposer la visite, qui se trouverait dans la partie Brésil des catalogues, à vérifier).

Le parc aux oiseaux est un sanctuaire situé au cœur de la forêt tropicale. Il abrite aujourd’hui  1320 oiseaux de 143 espèces différentes et accueille plus de 500 000 visiteurs par an, ce qui en fait le plus grand parc aux oiseaux d’Amérique latine.

Ouvert en 1994 grâce à son fondateur Denis Croukamp qui acquit 16,5 hectares de forêt dans le seul but de créer ce parc. Il procure un habitat naturel pour les oiseaux qui y sont recueillis.

Recueillis, car les premiers oiseaux du parc ont été donnés ou prêtés par des zoos brésiliens ou envoyés par IBAMA (Brazilian Environment Agency).

Aujourd’hui encore, plus de la moitié sont issus de sauvetages (trafic, maltraitance, possession illégale, …) effectués par la police environnementale, la police fédérale ainsi que l’organisme IBAMA.

D’autres oiseaux ont été reçus de la part de centres de réhabilitation ou d’organismes environnementaux qui les ont recueillis car ils étaient affaiblis, accidentés ou qu’il s’agissait d’oisillons tombés du nid. Ces oiseaux sont généralement refusés par les autres zoos car ils requièrent des soins spécifiques, n’ont pas un physique standard (ailes coupées par exemple) et/ou se reproduisent difficilement.

En plus de sa fonction d’accueil, le parc participe à la préservation de la flore et de la faune en soignant les oiseaux blessés qu’il reçoit. Lorsque un oiseau est rétabli mais est inapte à la vie sauvage, il va vivre au parc, qui lui offre une vie saine, remplie de stimuli, avec des individus de son espèce et, quand c’est possible, un partenaire pour qu’il puisse se reproduire. C’est un environnement où il peut s’épanouir dans un milieu adapté à son espèce avec de la nourriture saine et une vie sociale, au plus proche de ses conditions de vie naturelle.

Le parc est équipé pour répondre aux besoins de ses pensionnaires : hôpital, équipe de vétérinaires, biologistes et gardiens de zoos formés pour répondre à leurs  besoins spécifiques.

De nombreuses espèces représentées au Parque das Aves sont en voie d’extinction. De ce fait, il est spécialisé dans la reproduction d’espèces en voie d’extinction et vulnérable et est en partenariat avec l’IAP²  pour un projet de réintroduction du Pénélope à front noir dans la nature (dans une réserve protégée toutefois).

Il participe également à la mise en œuvre et la coordination de programmes nationaux de reproduction en captivité de l’Amazone à joues bleues et de l’Amazone vineuse ; et fait office de centre de reproduction important pour le Hocco de Blumenbach, une espèce estimée à seulement 250 individus encore dans la nature.

En agissant pour la conservation des espèces victimes de braconnage, de trafic ou dont l’habitat se réduit, le parc développe des techniques et gagne en expérience dans le domaine de la reproduction en captivité, qui représente encore aujourd’hui un challenge.

La technique privilégiée ici est la reproduction naturelle, qui consiste simplement à laisser les parents incuber leurs œufs et élever leurs oisillons avec le minimum d’interférences humaines, ce qui améliore la condition immunitaire des nouveau-nés et leur permet d’apprendre le comportement propre à leur espèce.

Côté tourisme, Parque das Aves est un incontournable pour les visiteurs des chutes d’Iguaçu et peut être visité la même journée que celles-ci.

Le visiteur se balade librement à travers 3 volières et une maison aux papillons. Sur les chemins aménagés et agrémentés de panneaux explicatifs, la visite se fait côte à côte avec, entre autre, des ibis rouges, des toucans, des aras macaos, des geais et des grives. Il est même possible d’observer les harpies féroces, hiboux, perroquets ainsi que des reptiles comme l’anaconda ou l’alligator. Des rangers sont également présents le long du parcours et répondent aux éventuelles questions sur la faune.

L’infrastructure dispose également d’un restaurant et d’un magasin. Malheureusement, il est proposé à ces endroits de prendre une photo souvenir à côté d’un boa constrictor ou en tenant un ara. Chaque dons et achat effectués contribue à garder le parc ouvert et ainsi à proteger les espèces.

1 IBAMA (the Brazilian environment agency):

2 IAP (Environmental Institute of Parana) :

Source: http://www.parquedasaves.com.br

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s