Parc National d’Iguaçu

Tour-opérateurs :

  • Continent Insolites: Parc aux oiseaux
  • TUI: Puerto Iguazu : vous observerez la faune locale telle que des iguanes, des toucans, des perroquets, des aigles survolant les chutes, des singes capucins, des caïmans ou des coatis

 

Le Parc national d’Iguaçu se trouve à 17 km de Puerto Iguazu, dans la province de Misiones. Il s’étale sur 240 000 hectares dont 67 720 sont situés en Argentine et  appartient à l’écorégion de la forêt atlantique.  Il abrite un trésor de renommée mondial : les chutes d’Iguaçu. La cataracte1 en demi-cercle d’une hauteur de 80 mètres en son plus haut point s’étend sur un front basaltique formé il y a 120 millions d’année de 2700 mètres de long. Il enjambe la frontière entre l’Argentine et le Brésil.  Les alentours des chutes sont humidifiés en permanence, ce qui a créé un microclimat propice aux espèces végétales subtropicales luxuriantes et denses: on y recense plus de 2000 espèces de plantes, dont 80 espèces d’arbres. La faune est, elle, composée de plus 450 espèces d’oiseaux et d’environ 80 espèces de mammifères, sans compter un nombre incalculable d’invertébrés.  La biodiversité du parc est la plus variée du pays et beaucoup d’espèces sont endémiques, ce qui apporte à ce biome2 forestier un caractère exceptionnel. Parmi les espèces rares emblématiques, on trouve le caïman à museau large, le tamanoir, l’ocelot, le jaguar et la harpie féroce.

Plus communément, se sont les coatis, toucans, tapirs, singes hurleurs, ocelots, écureuil d’Ingram, pie, ou même des margays que le visiteur peut croiser.

On recense également des  agoutis, cavidés, daguets rouges, renards, tégus communs sur la terre et des anhinga et tortue aquatique dans l’eau. Le ciel est peuplé de vautours et des volées de martinets à tête grise (qui est représenté sur le logo des aires protégées).

Le parc a été ajouté au Patrimoine National en 1934 et déclaré Parc National par la loi 12.103. 50 ans plus tard, il a été désigné au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Le Parc Naturel d’Iguaçu au Brésil a lui été inscrit au Patrimoine Mondial deux ans après celui d’Argentine, soit en 1986.  En 2013, le Parc National d’Iguaçu a été élu (awarded) pour sa Valeur Universelle Exceptionnelle par l’Unesco et fait aujourd’hui partie des priorités de conservation mondiale C’est grâce à son second propriétaire, Domingo Ayarragaray, que le parc s’est ouvert au tourisme, avec l’aménagement d’un hôtel et de routes d’accès menant aux chutes. Il appartient aujourd’hui au gouvernement national et fait partie du Système National Argentin des Zones Fédérales Protégées (SIFAP).Sa gestion est confiée à des professionnels spécifiquement formés et il dispose d’un budget suffisant pour couvrir ses besoins (équipements, infrastructure), d’un centre de recherche subtropical y mène des études sur l’écologie et de l’aide professionnel d’un office technique régional.Il a trois objectifs généraux : la conservation des ressources culturelles, le maintien des services environnementaux et la protection des éléments naturels spécifiques.Le paysage et sa valeur sont maintenus grâce à une gestion efficace et une atténuation des impacts liées à l’utilisation des terres. Par exemple, Les niveaux d’eaux sont artificiellement modifiés par des centrales hydrauliques situées en amont du bien, au Brésil, et ont un impact visuel et écologique sur le lieu. Ces impacts, d’après l’UNESCO, doivent être suivis et atténués. Côté tourisme, les chutes se visitent toute l’année et il est conseillé de visiter les deux pays ; le côté Argentin permet d’approcher les chutes de près tandis que le côté brésilien bénéficie d’une vue globale.

Au niveau des infrastructures, le parc est composé d’un centre d’interprétation de la nature et de plusieurs itinéraires de visite.

Le centre d’interprétation de la nature est ouvert tous les jours et est composé d’une réception et d’un auditoire. Autour du bâtiment se trouve une galerie mise en place pour informer le visiteur sur la nature qu’il s’apprête à voir ; l’histoire des chutes, le climat, la espèce animale, les enjeux de préservations, la géologie,  … Elle est composée de deux pièces, une présentant la diversité biologique et l’autre l’implication de l’homme avec la nature. La visite dure 20 minutes.

Il existe 6 itinéraires différents dont la durée de la visite varie entre 30 minutes et 3 heures.

  • Le Green Trail (haute accessibilité, 655 mètres de long, 30 minutes) est une balade à travers la forêt tropicale humide qui met le visiteur en contact avec de nombreuses espèces de plantes et de croiser la route de coatis, de singes hurleurs et d’oiseaux variés.
  • L’Upper Circuit (haute accessibilité, 1750 mètres de long, 2 heures) offre le meilleure panorama sur l’entièreté du parc.
  • Le Rainforest Train : (haute accessibilité, 3700 mètres de long) est un train créé spécifiquement pour le parc qui ne pollue pas (il roule au LPG) et ne produit pas de déchet solide. Il roule à 18km/h et n’a presque pas d’impact sonore. Il transport les touristes dans la partie Cataratas du parc il peut embarquer 250 passagers qu’il transporte à travers la forêt et fait ainsi vivre ses odeurs, ses sons et son humidité
  • Le Lower Circuit (accessibilité moyenne, 1700 mètres de long, 1h45)
  • Macuco Trail and Arrechea Waterfall (7000 mètres aller retour, chemin sauvage sans transport, difficulté entre basse et haute, 3h)
  • Devil’s Throat (2200 mètres, accessibilité haute, 2h)

Le tourisme, avec 1 188 563 visiteurs enregistrés en 2016 (côté argentin), a un rôle important pour la destination, tant sur le plan national qu’international, car il donne une haute visibilité au pays et attire donc des initiatives politiques et économiques pour l’avenir. La bonne gestion du tourisme, des deux côtés du parc, est primordiale au vu du nombre important de visiteurs dont il faut minimiser les impacts directs et indirects. Le tourisme et les activités de loisirs, comme les infrastructures connexes de transports et d’accueil, ont sans aucun doute eu des impacts sur le parc et peuvent très facilement dépasser les limites d’une évolution acceptable.

L’UNESCO indique dans son rapport : « Dans l’idéal, une approche conjointe devrait concerner un engagement qui irait du plus haut niveau politique aux activités les plus courantes sur les bases des efforts déjà accomplis. »

Les menaces planant sur le parc requièrent une attention permanente puisqu’elles ne manquent pas : développement de projets hydroélectriques, existants et à venir, en amont de la rivière, déforestation en cours dans toute la région, y compris dans les forêts mitoyennes du Brésil et du Paraguay, empiétement agricole, braconnage et extraction de plantes sont citées par l’UNESCO.  Campagne Animal CarePub agit pour la protection des animaux, appelant à la vigilance sur la route et autour/dans les zones protégées pour ne pas écraser les animaux. On compte en effet 3000 tués par an dans le Nord de Misiones, sans compter ceux que l’on ne retrouve pas ou qui meurent un plus loin de leurs blessures. La campagne a été mise en place grâce à la délégation régionale du Nord Administration des PN avec le soutien de la municipalité de Iguaçu National Parl et les rangers.

1Cataracte : Chute d’eau sur le cours d’un fleuve. (Une cataracte a plus d’ampleur qu’une cascade, notamment en largeur, et une dénivellation plus forte que des rapides.) http://www.larousse.fr/

2Biome : Vaste région biogéographique s’étendant sous un même climat, comme la toundra, la forêt tropicale humide, la savane ou encore le récif corallien. (Les principaux biomes sont la toundra, la forêt tempérée, la forêt tropicale et équatoriale, la forêt boréale, la savane, la mangrove, la prairie tempérée, le désert, les eaux fluviales, les eaux saumâtres, le littoral, les récifs coralliens, les herbiers marins, les abysses.) http://www.larousse.fr/

Endémique : Se dit des espèces vivantes propres à un territoire bien délimité http://www.larousse.fr/

 

Sources :

http://www.sib.gov.ar/area/APN*IG*Iguaz%C3%BA

https://www.parquesnacionales.gob.ar/areas-protegidas/region-noreste/pn-iguazu/

http://whc.unesco.org/fr/list/303/

http://whc.unesco.org/fr/list/355

http://www.iguazuargentina.com

 « Les plus beaux parcs nationaux du monde » (février-mars 2017). National Geographic, Hors série février-mars 2017, p. 37.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s