Impact du tourisme sur les lions de mer (Argentine)

 « The animals are quite used to the tour boats allowing us to view them only yards from their habitat. We were fortunate to view a huge male sea lion bull surrounded by his harem of dozens of females. Of course, the baby seals and sea lions were adorable. »

Ce sont les mots d’un voyageur observant l’île de Los Lobos (l’île aux phoques) écrit sur le site Travel with Pen and Palate Argentina.

pexels-photo-724516.jpeg

Il ne fait aucun doute que naviguer sur ces eaux australes à la rencontre des animaux doit être une expérience exceptionnelle.

Pour nous un lieu où la nature à garder ses droits et impressionne, pour les animaux, cet espace est un lieu de vie et de reproduction vital.

Ils peuvent eux-mêmes observer les touristes à bord de catamaran.

Je n’ai pas trouvé d’article relatif aux conséquences des expéditions touristiques sur le Canal de Beagle, mais bien à propos des lions de mer.

Les lions de mer étaient encore massacrés pour leur graisse et leur peau il y a plusieurs dizaines d’année. En Argentine, c’est plus d’un demi-million d’individus qui ont été tué entre 1917 et 19531. On estime aujourd’hui qu’ils sont 90 000 en Argentine et 265 000 au total. La chasse commerciale y est à présent interdite (mais subsistent les braconniers et la chasse sportive bien qu’interdite) et la plus grande menace qui pèsent sur l’otarie à crinière (South American Sea Lion) est le manque de nourriture dû à la pêche intensive humaine. De plus, ils sont régulièrement tués par les pêcheurs, malgré les lois en vigueur, car ils endommagent leur matériel. (SCS), étranglés par des filets de pêche, ou encore victime de « bycatch » (capturé par erreur en pêchant d’autres espèces). Ils sont également infectés par des toxines et des métaux lourds.

L’homme, en grande partie responsable, n’est pas le seul coupable, puisque le phénomène El Nino en 1997-1998 a décimé une grande partie de la population (il restait un sixième de la population au Pérou).

Voici un article complet sur les conséquences des interactions humaines sur les populations de phoques (en anglais, si une version française vous intéresse, n’hésitez pas à le demander): à lire ici. Il est accompagné d’un rapport sur l’impact des perturbations humaines sur les échoueries (endroits où ils se reposent) à lire ici.

Aujourd’hui, la relation entre l’homme et les lions de mer est différente, il est vu comme partie intégrante de la nature et dans le cadre du tourisme (peut-on vraiment l’appelé écotourisme ?), on peut à présent plonger avec les lions de mer dans leur habitat naturel. Cette activité attire de nombreux touristes du monde entier. Le site Echosteria qualifie cette activité d’expérience inoubliable, créatrice d’emplois et offrant une expérience qui accroît la sensibilité.

Si les observer est bien entendu plus pacifiste que de les exterminer et peut paraître inoffensif, le but de ce site est toutefois de faire connaître les impacts du tourisme sur les animaux.

Vouloir les connaître, les côtoyer, moi-même j’en rêve pour chaque animal dont je parle ici. Cette démarche a peut-être un impact positif pour leur protection à l’avenir puisque cela peut sans doute amener quelqu’un à s’investir pour leur cause, que ce soit par don à une association de protection ou en s’investissant d’avantage. Ca pourrait être un déclencheur et au minimum, pour peu qu’on choisisse un opérateur investit, rapporter des fonds pour la cause.

Mais quel enfant souhaite protéger les animaux après la visite d’un zoo ? Bien peu je le crains. Il est important d’éduquer le public à propos des conditions de vie des espèces et un simple plongeon sans explications à propos de l’animal, tout comme les regarder au zoo, souvent dépourvu d’informations utiles, ne me semble pas productif.

Devant la cage d’un tigre, ne faudrait-il pas afficher son habitat naturel ? La taille de son territoire par exemple (50 km² en moyenne, en Wallonie, la loi2 exige une superficie minimale de 100 m² en enclos extérieur et 15 m² en enclos intérieur…) ? Ainsi seulement il est possible de déclencher une réflexion.

La présence humaine peut aussi être source de pollution (déversement d’hydrocarbures (pétrole), pollution sonore, déchets inorganiques (plastique, …) qui peuvent être avalé).

Voici quelques exemples d’impacts négatifs et positifs trouvé sur Cool Antarctica:

– Amener des espèces invasives (cachées dans les vêtements, les bagages)

– Impact sur les colonies d’oiseaux qui se reproduisent sur les lieux

– Erosion et perturbation d’un environnement fragile (beaucoup de personnes qui marchent à un même endroit peuvent abîmer les lieux)

+ Des voix supplémentaires qui s’élèvent pour la protection de la faune et de son environnement

Bien qu’un seul touriste ne reste qu’un bref moment à un endroit, il voudra visiter les spots qui sont les plus riche en faune, et sera suivi par d’innombrables autres personnes durant la saison touristique.

Pour la Terre de Feu, celle-ci s’étale d’octobre à avril et coïncide avec la saison de reproduction des lions de mer. Les mâles arrivent sur les plages idéales pour la reproduction en décembre et les femelles suivent de mi-décembre à fin janvier.

La solution pour remédier à ces problématiques, au moins au niveau du tourisme, est dans l’accroissement de la conscience et d’une responsabilité écologiques.

Il est en effet important d’avoir conscience de son impact pour faire les choix qui nous semble les plus appropriés. Si vous souhaitez faire une expédition sur le Canal de Beagle et l’île de Los Lobos, assurez-vous de choisir une compagnie qui prend en compte les besoins des animaux et les réglementations en vigueur.

Sites utiles :

1https://ecohosteria.com.ar/en/valdes-peninsula-wildlife-calendar-argentine-patagonia/sea-lions-in-peninsula-valdes-patagonia-argentina-tour/

2http://environnement.wallonie.be/legis/bienetreanimal/bienetre033.html

Note: Le réchauffement climatique est également un problème pour les lions de mer comme pour tous les individus vivant sur cette terre. A lire ici.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s