Obéis.

Imaginez…

Vous vivez paisiblement selon les codes de votre espèce, quand des animaux que vous aviez jusqu’à alors évité de croiser autant que vous le pouviez, comme on vous l’a appris, vous prend au piège, tue votre mère qui essayait de vous protéger, vous blesse jusqu’à ce qu’ils arrivent à vous capturer.

Vous ouvrez les yeux et vous n’avez qu’une idée en tête, fuir. Courir, le plus loin possible. Mais à peine vous relevez-vous que vous vous rendez compte que vous ne pouvez faire un pas. Vous êtes attaché. Pris de panique, vous n’avez pas le temps de trembler de peur, vous sentez que votre vie en dépend. Vous vous démenez de toute vos forces pour briser les liens, mais vous êtes encore si petit, si frêle… Un membre de l’espèce que l’on vous avait appris à éviter s’approche de vous, le sourire aux lèvres. Vous ne connaissiez pas ce regard de mépris, vous ne l’aviez encore jamais croisé auprès d’autres espèces. Pourtant il vous parle avec une voix douce. Vous ne savez que penser de ces signaux contraires.

Soudain vous vacillez, vous voyez trouble. Du sang. On vient de vous fouettez avec un crochet, vous entendrez plus tard qu’il s’agit d’un hankush, un hook. On vous frappe sur les zones les plus sensibles de votre corps. Vous n’êtes sans doute pas le premier éléphant à qui l’on fait subir cela.

Les jours passent, vous avez faim, vous avez soif, vous êtes épuisé et vous avez peur. Vous ne comprenez pas ce qu’il vous arrive. On vous bat régulièrement et vos blessures vous font mal. A chaque fois que vous avez un regain de conscience et essayez en vain de vous enfuir, on vous frappe et vous vous écroulez.

Quand vous arrêtez enfin de vous débattre, pour de bon, pour faire cesser toute cette souffrance, celui qui vous battait jusqu’alors vous délie et vous emmène vous baigner. Il vous donne à manger. Vous avez compris. Obéir, ou mourir, pour ne plus souffrir. Vous vous résignez. Car non loin de vous, vous avez observé des éléphants plus âgés que vous, qui ne se débattent pas et qui travaillent pour les hommes. Vous êtes dépourvu de tout repaire et la douleur vous a fait perdre l’esprit, les images s’emmêlent, vous voilà devenu esclave.

Ce texte romancé illustre l’éducation donnée aux éléphants pour qu’ils travaillent pour l’homme. Ne cautionnez pas cela, ne montez pas sur le dos en vacances.

Les bâtons que vous voyez dans les mains des dresseurs dans les zoos, comme Pairi Daiza, sont des crochets, dont l’extrémité parfois habilement cachée dans la paume de la main. Si les éléphants obéissent et si le crochet est efficace, c’est parce qu’ils ont appris à en avoir peur.

Des alternatives existent pour observer des éléphants comme les refuges et les sanctuaires, structures mises en place pour sauver les éléphants et ouverte au public afin d’avoir les fonds nécessaires à leur maintien. Attention cependant car certains abusent de ces termes et proposent tout de même des balades à dos d’éléphants par exemple… N’hésitez pas à vous renseigner avant votre visite.

Quelques exemples en Belgique:

  • Photo des éléphants de Pairi Daiza avec un crochet bien en vue: cliquez ici
  • Toujours à Pairi Daiza, l’éléphant sur la droite a des trous dans les oreilles, elles ne sont sans doute pas là par hasard: cliquez ici

Bien sûr, il y a milles autres raisons pour lesquelles les éléphants ne devraient pas être au service de notre société de loisir, ce sera abordé dans un autre article.

Sources

8 commentaires sur “Obéis.

  1. Sans pour autant dédouaner ou promouvoir les gens qui exploitent les éléphants là-bas, il faut savoir que le Cambodge est un pays pauvre ayant vécu plusieurs guerres entre 1946 à 1997 (guerre d’Indochine, guerre civile, génocide de la population de la part des khmers rouges, libération du pays par Vietnam contre les khmers rouges etc…) il est très difficile de sensibiliser la population locale à la protection animale qui cherche d’abord à survivre avant de s’occuper des animaux qui sont très souvent livrés à eux mêmes, même si il existe une SPA là-bas depuis 2012.

    J'aime

    1. Merci pour votre commentaire.
      C’est en effet un problème délicat dans les pays pauvre et soumis, j’imagine, aux exigences et à la pression des pays riches pour pouvoir vivre. Je pense qu’il est possible de vivre en accord avec les animaux sans les exploiter, au moins sans les exploiter et que cela engendre des blessures et du mal-être, mais avec la pression économique c’est une toute autre histoire malheureusement.
      C’est génial d’apprendre qu’une SPA a vu le jour là-bas, j’espère qu’elle peut participer avec d’autres organismes et avec les populations à ce les ressources soient un peu plus équitables et à proposer par exemple d’autres métiers pour libérer les éléphants ou les protéger dans des refuges ouverts aux touristes pour engendrer des revenus. C’est un des avantages du tourisme, mais encore faut-il qu’il s’agisse d’un tourisme éthique bien-sûr.

      J'aime

      1. J’espère que si un jour vous avez l’occasion d’aller là-bas que ce soit au Cambodge, Vietnam, Laos ou autres pays du sud-est asiatique, je vous demanderai de ne pas être trop sévère envers la population locale concernant la protection animale qui n’est pas encore dans leur culture ou qui est différente de notre vision occidentale.

        Cocnernant la SPA au Cambodge, elle se trouve à Phnom Penh (capitale du pays), pour l’instant la protection animale est consacrée beaucoup aux chiens & chats car ils sont souvent abandonnés dans différents endroits (poubelles, en rue, dans les pagodes bouddhistes etc…) de la ville. & trouver des adoptants sérieux est souvent compliqué. De plus, le trafic de la viande de chats et de chiens vers les autres pays d’Asie comme le Vietnam, Laos ou Thaïllande voire la Chine, la Corée ou le Japon oblige à être très prudent pour éviter que les animaux se finissent entre de mauvaises mains.

        Voici le lien de la présentation de la personne qui s’occupe de la SPA au Cambodge

        J'aime

      2. Merci pour la vidéo et ces informations intéressantes! Quelle femme! Je vois que c’était en 2011, ils disent que la situation va se développer, j’espère que ça a été le cas et que de plus en plus de monde se joint à elle.
        C’est sûr que la culture est différente, et heureusement, c’est la richesse du monde. Néanmoins les points qui font du mal aux animaux, à mon sens, devraient changer. Par exemple, un zoo va ouvrir et présenter des spectacles d’animaux [https://cambodgemag.com/2018/03/phnom-penh-safari-world-dans-la-capitale.html]. Je pense que d’autres projets auraient pu voir le jour, qui ne nécessite pas l’exploitation des animaux et qui aurait autant si pas plus de succès. Quels projets je ne sais pas mais j’imagine… Le monde est compliqué malheureusement ^^ »
        En tout cas merci pour ces infos!

        J'aime

      3. Voici les derniers nouvelles concernant l’évolution de cette association depuis sa création en 2012, l’association reçoit régulièrement de l’aide de l’étranger chaque année, même si cette somme peut paraître dérisoire pour nous occidentaux (en moyenne entre 3000 & 4000€ par an), là-bas (vu que le coût de la vie est différent) ça aide.

        http://www.30millionsdamis.fr/actualites/article/6001-cambodge-la-fondation-au-secours-des-chiens-et-chats/

        http://www.30millionsdamis.fr/actualites/article/10952-cambodge-lassociation-capa-remercie-la-fondation-30-millions-damis/

        Voici le site de l’association (Cambodia Animals Protection Association)
        http://capa.asso-web.com

        J'aime

      4. A moins que ce soit un prochain sujet sur ce blog, je voudrais avoir votre avis sur la cynophagie (manger du chien) en Asie notamment en Asie du sud-est & en extrême orient. En Europe, je sais que beaucoup d’asiatiques s’abstiennent de manger du chien en voyage car ils comprennent que ça peut choquer les occidentaux de les voir manger ça.

        Par contre ils ne comprennent pas pourquoi les Occidentaux se permettent de les critiquer quand ils profitent de manger du chien lors du retour dans leur pays ou quand les Occidentaux sont en voyage en Asie là-bas alors que les asiatiques respectent les coutumes en Europe en s’abstenant de manger du chien.

        Je ne suis pas ici pour prendre à parti pour ceux qui mangent du chien car je ne mange pas du chien & je n’en ai jamais mangé par contre le respect & la compréhension des cultures & des coutumes des autres pays surtout quand on voyage ça j’y tient

        Est ce que vous vous permettrez de critiquer les coutumes & les valeurs d’un pays différent du votre au nom de la défense animale lors d’un voyage

        Je vous remercie d’avance de votre réponse sincère et sachez que je m’excuse d’avance au cas où si je vous aurai vexé dans ce que j’aurait dit ci dessus, ce n’était pas dans mes intentions.

        PS : ce que je dis est valable concernant le porc et les musulmans tout comme la vache & les hindous ou tout autres sujets…

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s