Bolivie

Montagnes, rivières, plaines, forêts humides, … La Bolivie est un pays aux paysages multiples taillé pour l’aventure.

Le pays mesure 1,09 millions de km² et compte 10,72 millions d’habitants, qui sont majoritairement catholique (95%). Sa capitale est La Paz.

Les zones protégées recouvrent presque le tiers du pays (30,87%, ce qui représente 167 sites (parcs nationaux, réserves nationales, …) selon le site Protected Planet. Malheureusement, la préservation des biens naturels n’est pas la priorité du gouvernement et les parcs nationaux, par exemple, au nombre de 22, ne sont pas toujours bien entretenus. Des ONG internationales ont proposé leurs aides mais elles sont interdites d’activité dans le pays sur décision gouvernementale (le président les considère pro-occidentale).

On pourrait séparer le pays en deux zones : sommets à l’Est et forêts à l’Ouest.

Les sites remarquables sont, à l’Ouest, l’Altipano, le lac Titicaca (plus haut lac navigable du monde (3800 mètres d’altitude), il sépare la Bolivie du Pérou), la cordillère Royale, le Parc de Torotoro et la vallée de la lune. Au Sud-Ouest, le fameux Salar de Uyuni (le plus grand désert de sel au monde avec 12 000 km²) et la Laguna Colorada. A l’Est, une partie de l’Amazonie et du Pantanal recouvrent le territoire.

Le pays est de ceux d’Amérique Latine dont les traditions indiennes sont les mieux préservées.

Sources : Lonely Planet, Continents Insolites, Geo, Protected PlanetGlobe RêveurDiplomatie Belgium, Banque Mondiale, Petit Futé

LA FAUNE

La diversité des paysages a permis à une faune diversifiée de vivre en Bolivie. Ainsi on retrouvera bien sûr les lamas, guanacos et alpagas, qui font partie de l’imaginaire touristique de l’Amérique du Sud, mais aussi des flamants roses (dont une espèce unique au monde), des condors, des renards, des perroquets, des caïmans, des singes, …

Faune aviaire

Quelques représentants: condor des Andes, Jabiru d’Amérique, …

On recense pas moins de 1425 espèces d’oiseaux en Bolivie. 15 d’entre elles sont endémiques, 48 espèces menacées et 2 ont été introduites, selon les chiffres du site Avibase.

En danger critique d’extinction, sont répertoriés le Hocco unicorne, l’Ara canindé et le Cinclode royal.

Faune terrestre

Quelques représentants : jaguar, loup à crinière, loutre géante, chinchilla, capibara, tapir, …

D’après les dernières données trouvées sur Animal Info, on comptait, en 1994, 316 espèces de mammifères dont 20 endémiques. En l’an 2000, 24 étaient répertoriées sur la liste des espèces menacées.

D’après le Petit Futé, on compte 220 espèces de reptiles et plus de 100 espèces d’amphibiens dans le pays.

Certains des mammifères sont en danger d’extinctions. Il s’agit des pécaris du chaco, du chat des Andes, de la loutre géante, du Gracilinanus aceramarcae (une espèce d’opossum), du monodelphis (un genre de marsupiaux), du chinchilla à queue courte et du pacarana.

Faune marine

Quelques représentants: dauphin rose d’Amazonie, paiche, truite, piranha, …

Le site Fishbase dénombre 399 espèces de poissons. 10 ont été introduite par l’homme et 13 sont endémiques. 9 espèces sont actuellement menacées.

En danger critique extinction sont recensés l’Aphyolebias claudiae, le knodus shinahota et le phreatobius sanguijela.

Sources: FishbaseGeo, List of countries of the worldAnimal Info, Petit Futé

LE TOURISME

Bolivie Altiplano

La Bolivie est membre de l’Organisation Mondiale du Tourisme depuis 1975.

Parmi les pays que j’ai sélectionné en Amérique du Sud (soit l’Argentine, le Brésil, le Chili, l’Equateur et le Pérou), elle était classée avant dernière en termes d’arrivées touristiques internationales en 2014.

En 2015, le total des recettes du tourisme international était de 711 millions de dollars (+- 580 millions d’Euros), soit 0.2 des parts du continent Américain (l’Amérique du Sud représente 8,4% des parts). Ce chiffre est en croissance constante depuis 2009 et place la Bolivie en 4ème place par rapport aux autres pays d’Amérique du Sud sélectionnés (devant le Pérou, le Chili et l’Equateur).

Selon le rapport WTTC Travel & Tourism Economic Impact 2017, le tourisme représentait 7,10% (contribution directe et indirecte) du PIB et 6,3 % de l’emploi (soit 313 000 emplois dans le pays).

Les arrivées touristiques sont pour la grande majorité motivée par le loisir (81,7% contre 18,3% pour affaires). La Bolivie est le seul pays sélectionné dont les arrivées étrangères (43,7%) sont presque aussi importantes que les arrivées domestiques (56,3%).

La Bolivie a été le pays d’Amérique du Sud le plus pauvre jusqu’en 2001. Elle connait toutefois une croissance constante depuis 2005 : elle se modernise, sa politique s’est stabilisée, …

La situation sociale et politique demande encore aujourd’hui une certaine vigilance de la part du visiteur mais le pays est qualifié comme l’un des plus sûrs, d’après le Petit Futé. Par ailleurs, le budget reste relativement élevé, notamment à cause du coût du billet d’avion. La période idéale pour la visiter s’étale de mai à octobre.

Sources : France Diplomatie, Universalis, Données Banque Mondiale, UNTWO Faits saillants du tourisme Ed. 2016, Diplomatie Belgium, Petit Futé

PUBLIC CIBLE ET POINTS FORTS, DUREE ET BUDGET, TOURS OPERATEURS SELECTIONNES

Public cible: amateurs de randonnées, de paysages originaux, de sites naturels, de culture indienne.

Points forts: la beauté de la nature est préservée, la diversité de la faune,… BT tours mentionne les paysages, les sites archéologiques, la rencontre avec les populations locales. Visite de réserves naturelles, de lagunes, du désert, de parcs nationaux (notamment la grotte Umajalanta)

Durée et budget :A partir de deux semaines, comptez entre 3550 et 6000 euros de budget selon le tour opérateur

Tour-opérateurs sélectionnés: Thomas Cook– TUI – Continents Insolites

Je les ai sélectionné en leur qualité de membre de l’ABTO1  et parce qu’ils mentionnent clairement les animaux dans la description de leurs circuits, ce qui place l’animal en tant qu’atout pour la destination.

1 L’ABTO : L’asbl ABTO, Association of Belgian Tour Operators, a été créée le 5 décembre 1973 pour défendre les intérêts des organisateurs de voyages – tour-opérateurs. Cette organisation est devenue aujourd’hui celle qui fait le plus autorité pour les tour-opérateurs. Les membres de l’ABTO assurent chaque année des vacances bien méritées à plus de 4 millions de clients et génèrent un chiffre d’affaires de plus de 2,2 milliards d’euros.

ACTIVITES ET REGIONS VISITEES

J’ai sélectionné les activités uniquement si la faune était mentionnée. Il se peut donc que d’autres tour-opérateurs membres de l’ABTO proposent la Bolivie ou que l’un d’eux propose une même région sans pour autant être cité.

Résumé des activités

  • Accompagnement de lamas et d’alpaga aux pâturages avec les villageois (Tuni);
  • Pêche à la truite dans les lagunes avec guide local (Tuni);
  • Observation d’oiseaux (Parc national de Sajama, Laguna Colorada, Potosi);
  • Visite de parcs et réserves naturelles (parc Guembé, réserve de vigogne dans l’Altiplano).

Régions visitées

LES ANDES

L’Altipano

« Visite d’une réserve naturelle peuplée de vigognes et de multiples oiseaux » (Continents Insolites) 

L’Altipano est composé de hautes plaines aux paysages montagneux. La température moyenne ne dépasse pas les 10 degrés à cause de l’altitude, ce qui, joint à la sécheresse, au vent et à la salinité des sols rend le milieu rude. On y retrouve cependant de nombreuses réserves naturelles peuplées de vigognes et d’une multitude d’oiseaux. C’est dans cette région que se situent le lac Titicaca (8000 km², 3800 mètres d’altitude) et le Salar de Uyuni (10 582 m², 3 650 m d’altitude).

Source : Universalis
Tuni

«Accompagnement des éleveurs lors des déplacements de troupeaux de lamas et d’alpagas pour les mener à leurs pâturages le matin et les ramener au village l’après-midi. Activité au choix : pêche à la truite dans les lagunes aux pieds du Condoriri avec un guide local ». (Continents Insolites)

Tuni est un petit village d’une dizaine de familles situé aux pieds de la Cordillère Royale des Andes, à 4400 mètres d’altitude.

Source : Voyageons autrement

DEPARTEMENT D’ORURO

Parc national Sajama

«Sur le chemin, observation de différentes espèces d’oiseaux aquatiques dont les foulques géantes qui ne s’éloignent guère de leurs nids caractéristiques » (Continents Insolites)

Le parc est caractérisé par sa végétation de queñua (Polilepis tarapacana, une espèce d’arbustes, ce qui le qualifie de plus haute forêt au monde avec 5000 mètres d’altitude)), ses lagunes et ses sources thermales. Au centre du parc se trouve le plus haut sommet de Bolivie : le Sajama, qui culmine à 6542 mètres d’altitude. Côté faune, seuls des troupeaux de vigognes, de lamas et d’alpagas sont en nombre dans cette région, en plus de quelques espèce d’oiseaux.

Le parc a été déclaré Réserve Naturelle en 1939, soit la première zone protégée de Bolivie. Il a été proposé en 2003 pour l’inscription à la liste du Patrimoine Mondiale de l’UNESCO et est habité par environ 400 familles qui vivent d’élevages et de tissages.

Sources : UNESCO, Routard

DEPARTEMENT DE POTOSI

Désert de Siloli

« Découverte des lagunes dites « minimes », habitées par des colonies d’oiseaux et entourées de volcans » (Thomas Cook)

Le désert de Siloli semble tout droit sorti d’un rêve, avec ses paysages lunaires, sa palette de rouge et ses quelques rochers improbables, dont le célèbre « Arbre de pierre », haut de 5 mètres. Le désert est entouré de plusieurs lagunes.

Source : Routard
Laguna Colorada

« Vous observez une espèce de flamants unique au monde » (Thomas Cook)

« Avec ses flamands roses » (TUI)

Peut-être encore plus impressionnante que le désert de Siloli, la Laguna Colorada est une étendue d’eau à laquelle des algues confèrent une couleur rouge. Avec les collines marron visibles au loin et les tâches de sel blanches qui parsèment la lagune, le tableau est exceptionnel. L’espèce la plus rare de flamants roses, le Flamant de James, y a élu domicile et se nourrit des algues.

Sources : Atlas Obscura, Routard, National Geographic
Parc national de Toro Toro

« Site paléontologique, grottes Umajalanta avec poissons chats » (Continents Insolites)

D’une superficie de 168,37 km², ce parc à la géologie particulière est une merveille de la nature. Le paysage de canyons et de roches façonnées par le temps en d’impressionnantes sculptures et vallées aux reliefs singuliers. Il est même possible, à certains endroits, d’admirer des empruntes de dinosaures sur les parois.

La grotte d’Umajalanta est formée de couches de pierres calcaires épaisses de 22 mètres où plonge le rio Umajalanta. Jusqu’à présent, 4,5 km de couloirs ont été exploré. On y trouve des stalactites et des stalagmites, ainsi que des cascades et des lacs souterrains peuplés de poissons chats aveugles. Les chauves-souris desmodontinae, plus communément appelée vampires, y ont également élu domicile. C’est une des rares espèces qui se nourrissent de sang.

Sources : Protected Planet, Lonely Planet

ROUTE VERS SAN ANTONIO DE LIPEZ

« Traversée de sites qui vous mèneront dans des contrées sauvages abritant condors et autruches ». (Continent Insolites)

SANTA CRUZ

Parc Guembé

« Parc Guembé (forêt tropicale ; lagunes, cascades, orchidées, volière à papillons (la plus grande du monde) ». (Continents Insolites)

Le parc, situé à proximité de la ville de Santa Cruz, est aussi appelé biocentre Güembé. C’est un refuge pour animaux sauvages et un complexe hôtelier doté d’une infrastructure importante: parc, bungalows, piscines, sortie en kayak, treks, restaurants, plaines de jeux, …

Le biocentre est divisé en plusieurs zones, qui abritent chacune des espèces animales différentes. Ces animaux ont été recueillis suite à des saisies d’agences gouvernementales et sont inaptes à la vie sauvage. On en recense 260 répartis dans cet environnement et soignés par du personnel formé et des professionnels (vétérinaires, biologistes, …). Le parc abrite également une ferme à papillons et l’on peut y admirer de nombreux oiseaux (toucans, paons, …).

Tortugario est un enclos de 2 km² peuplé d’une centaine de tortues de deux espèces : Chelonoides denticulata and Chelonoides carbonaria.

Meliponario abrite des abeilles dépourvues de dard tandis qu’Aviario est le refuge de plus de 130 espèces d’oiseaux issus de 25 espèces différentes. Ils ont été saisis des trafiquants ou donnés par des personnes privées. Leur habitat consiste en une volière de 2,8 km² pour une hauteur de 35 mètres.

L’Isla de Monos a été créée artificiellement pour abriter des singes. Deux communautés de 2 espèces différentes y vivent : le sapajou à barbe (Cebus libidinosus) et le singe écureuil (Saimiri boliviensis).

La ferme à papillons, appelée Mariposario, est reconnue pour avoir imaginé son propre système de reproduction de papillons et est à présent une référence dans ce milieu. Ces dernières années, 52 espèces de papillons endémiques se sont reproduites ici.

On trouve également le Pantano, un marais occupé par de nombreuses espèces d’oiseaux et par des capibaras et des nandous.

Enfin, le Terrario informe les visiteurs sur l’importance des tarentules, fourmis, termites ou encore iguanes sur un plan écologique en exposant leurs rôles respectifs au bon fonctionnement d’un écosystème.

Sources : Petit Futé, Biocentro Guembe,Lonely Planet

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s